Archives pour la catégorie Yoga et pratique

Où pratiquer, que pratiquer ?

Voici quelques conseils pour faire le tri entre les différentes propositions de cours, ce qui permet au passage de parler de certains aspects du Yoga.

Le Yoga est une pratique de libération. Proposer des cours ou formations à des tarifs élevés, c’est utiliser une praxis millénaire à des fins d’enrichissement personnel.

De plus en plus arrivent en Europe des formes de soit-disant Yoga récentes. Cours en musique, élèves venant avec leur bouteille d’eau, parfois avec leurs gants ou chaussettes de Yoga… Sans être fondamentalistes, il n’y a pas à réfléchir bien loin pour relever à quel point nous sommes loins d’une pratique sincère. Si, par exemple, vous avez droit aux mantras version reggae dub dès le hall d’entrée, attendez vous à pratiquer un ersatz de Yoga, aussi enrichissant pour les enseignants que pauvre pour les élèves.

Si vous n’adhérez pas à ce qui vient d’être dit, ou à ce qui suit, je vous demande de m’en parler, plutôt qu’à quelqu’un d’autre. La destination de ce blog est avant tout d’échanger de manière constructive et argumentée.

Fréquentes idées reçues circulant au sujet du Yoga

Yoga et bien être
Nulle part, il n’est question de bien être dans la démarche du Yoga. C’est une invention tardive, mensongère, utilisée à fin commerciale. Le Yoga n’amène pas le bien être.

Yoga et relaxation
Le sens de « relaxer » est celui de « libérer ». Il ne s’agit pas de se détendre le temps d’une séance. Le Yoga n’est pas de la relaxation, même si la relaxation peut parfois faire partie des techniques.

Yoga et douceur
Le Yoga est une pratique intense. L’approche est toujours douce et consciente, mais pour que la pratique nous transforme, elle doit nous toucher en profondeur. Cela passe par une forme d’intensité, qu’ont perdues les inventions récentes qui ont repris le label « Yoga » pour se différencier des gymnastiques.

Yoga et maîtrise des émotions
Sur le plan humain, le Yoga ne nous change pas. J’ai connu que des gens qui, après 30, 40 années de pratique, perdent leur calme au premier prétexte, ou leurs moyens face à l’adversité, comme vous et moi. Le Yoga n’agit pas sur la maîtrise des émotions, sauf quand la technique consiste à être en permanence sous contrôle.

Les yamas et niyamas sont un code éthique
Le Yoga ne concerne jamais nos vies, ni notre quotidien. L’univers n’a aucun conseil éthique à nous donner. Celles et ceux prétendant faire du Yoga un art de vivre veulent se faire valoir ; leur mode de vie n’est pas plus juste que le vôtre.

Les postures sont une préparation à la méditation
Le Yoga est un processus atemporel. Rien ne nous prépare à quoi que ce soit, tout est à vivre dans sa complétude.

« Après des années de postures, il est temps pour moi de méditer ou d’étudier la philosophie »
Aucune pratique n’est plus interne qu’une autre. Si vous n’ « y » êtes pas arrivé par la posture, vous n’y arriverez pas davantage par la méditation. C’est que votre questionnement est erroné, ou absent.
Hiérarchiser les pratiques crée un clivage, notamment corps/esprit. C’est surtout l’occasion pour celui qui parle ainsi, de se mettre en avant.

Les obstacles à la pratique

Dans la pratique de l’Ashtanga Yoga, l’alignement évoque surtout l’équilibre corporel. Au-delà de ce sens premier, tout est alignement. Souffle, bandhas, postures et attitude s’alignent pour éviter toute distraction. Inversement on peut considérer que ce qui n’est pas aligné est distraction, obstacle à la pratique.

Processus conscient ou inconscient, le « désalignement » est une manière d’ajourner la rencontre avec soi. Le Yoga est un chemin de détachement, ce qui se détache étant ce à quoi nous sommes attachés. C’est pourquoi nous nous désalignons. L’enseignant doit, avec bienveillance, aider l’élève à se réaligner.

Tous les points décrits ci-dessous ne sont des obstacles que s’ils sont répétés. Tout le monde peut aller aux toilettes ou essuyer sa transpiration durant un cours, mais lorsque c’est systématique ou très fréquent, cela exprime quelque chose. La compréhension psychologique des causes ne regarde que le pratiquant. L’enseignant devra seulement, j’insiste, avec douceur et bienveillance, aider l’élève à s’aligner avec sa pratique. Le sens profond de cet aspect du Yoga est d’aligner le moi avec le Soi.

Les obstacles à la pratique :

Arriver en retard ou juste à l’heure d’un cours
Tarder avant de débuter
Passer peu de temps dans les postures de fin ou en savasana
Ne pas demander d’ajustements durant les mysores
Ne pas faire les drop backs
Ne pas suivre le rythme lors des cours guidés
Bouger lors des postures
Se déplacer ou aller systématiquement aux toilettes
Essuyer la sueur
Ajouter des variations
Pratiquer ses points forts ou emphatiques, et ne pas pratiquer, ou moins pratiquer, ce qui est
nécessaire
Parler, ou parler fort, s’agiter, tout de suite après une pratique
Ne pas respirer Ujjayi
Stigmatiser le lieu ou l’enseignant