De la science à la conscience

Grâce à l’étude scientifique, la notion d’énergie présente partout et en tout est désormais communément admise. Des expériences et visions du monde jadis qualifiées de mystiques sont à présent « validées » par la science. Au-delà, les découvertes et spéculations des scientifiques deviennent plus irrationnelles que celles des mystiques.

Difficile à voir ou à quantifier, la conscience ne bénéficie pas encore de la reconnaissance qu’a gagné l’énergie. Déniant cette conscience présente en tout, la pensée hiérarchise.

Accorder par exemple plus de valeur au sang qu’à la sève, c’est juger du degré de conscience de ce qui nous entoure, la référence étant l’humain. C’est compréhensible du point de vue de notre nature d’être humain, à laquelle il n’est pas question de renoncer. D’un point de vue fondamental, cela n’a pas de sens, mais la conséquence de limiter nos facultés spirituelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *