Le soufflé des dieux

Non ce n’est pas une faute de frappe, mais une boutade sur le véritable titre du film « Le souffle des dieux », que j’ai vu ce matin.

Ce documentaire compile des images anciennes de l’enseignement du Yoga par Krishnamacharya, et des scènes de reportage récentes présentant des interviews de la famille et des élèves du maître.

Pourtant, une part fondamentale de l’enseignement du Yoga est totalement occultée. Krishnamacharya était un grand mystique, les ouvrages qu’il a écrit en témoignent. Le documentaire ne parle que des aspects d’équilibre physique et mental de la pratique, alors que l’étude de Krishnamacharya avait été essentiellement philosophique et mystique. Par mystique, entendons les aspects non quantifiables, ou non encore décryptés, de la science physique. Je parle des expériences intérieures fortes, accompagnant la démarche de Réalisation spirituelle. Les textes anciens ne parlent que de ça. Les auteurs modernes ne s’intéressent eux aussi qu’à cette dimension. Cependant de plus en plus d’enseignants de Yoga déplorent cette présence dans les livres d’une vérité qui leur échappe.

A la fin de ce film, le soufflé des dieux était pour moi un peu retombé, j’étais touché d’avoir revu les visages des grands enseignants qui nous ont légué cette pratique, mais déçu qu’il manque un point de vue nouveau sur l’Ashtanga Yoga.

Quelques heures après la projection, j’ai repensé à l’interview de Sri T.K.Sribhashyam, l’un des fils de Krishnamacharya. Il se pourrait qu’il nous ait livré un beau secret, que je vous laisserai découvrir. Je comprends à présent qu’un être d’exception comme Krishnamacharya n’ait pas pu nous léguer une coquille vide.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *